Partager

Actualités

  • Envoyer cette page par courriel.
  • Afficher la version PDF de cette page (nouvelle fenêtre).
  • Agrandir la taille du texte.Reinitialiser la taille du texte.Réduire la taille du texte.
20/07/2016
Annonce
Canicule : solutions pour la survie au bureau

Cergy, le 20 juillet – Alors que la France vit ses premiers jours de canicule de l’été, Jack Moncharmont, directeur technique efficacité énergétique de SPIE Ile-de-France Nord-Ouest, donne des moyens simples aux salariés qui sont (encore) au bureau pour se protéger des grosses chaleurs.

De nombreux salariés ne travaillent pas dans des bureaux climatisés, comment peuvent-ils se protéger au mieux de la chaleur ?

Jack Moncharmont :  De nombreux gestes de bon sens existent. Hélas, trop peu de salariés y pensent. Ce premier épisode de canicule que nous allons connaître est l’occasion de les rappeler : fermer les stores et les fenêtres de son bureau côté est (soleil levant) pour ne pas arriver le matin dans un bureau déjà surchauffé, ne pas ouvrir les fenêtres pendant la journée, les laisser ouvertes la nuit pour laisser rentrer l’air frais.

Plus connue, la clim « maison » consiste à placer un bol de glaçons ou une bouteille d’eau glacée devant un ventilateur. Efficace pendant quelques dizaines de minutes, ce « bricolage » peut paraître rudimentaire mais peut permettre de passer la canicule dans de meilleures conditions ! Autre solution moins courante, dans les bureaux dont les sols sont carrelés ou en lino, on peut effectuer un « lavage » à l’eau plusieurs fois par jour pour assurer une sensation de frais…Il existe enfin des films spéciaux que l’on peut coller sur les vitres. Ceux-ci reflètent le soleil tout en conservant la transparence.

Est-il aussi possible d’agir sur les systèmes de ventilation ?

Oui, et par un moyen très simple. Les centrales d’air neuves des immeubles tertiaires ventilent les bureaux en apportant de l’air extérieur. Elles sont logiquement souvent éteintes la nuit, pour des raisons d’économies d’énergie. C’est évidemment une bonne initiative… sauf en en période de canicule. L’idéal est alors de les laisser allumées la nuit pour qu’elles puissent apporter de l’air extérieur plus frais et donc rafraîchir les bureaux à moindre coût. On appelle cette fonctionnalité le « free-cooling ».

De nombreux bureaux sont désormais climatisés. Existe-t-il une température idéale par grosse chaleur ?

Par souci de confort, on a souvent tendance à mettre la « clim’ » trop basse. Une température de 26 ou 27 degrés dans un bureau n’est pas mauvaise en soi. Le principe est de conserver une différence de 5 degrés environ entre l’extérieur et l’intérieur. Lorsqu’il fait 30 degrés dehors, une température intérieure de 25 est idéale.

Les épisodes de canicule vont probablement se multiplier ces prochaines années, existe-t-il des solutions plus pérennes ?

Bien sûr, et ces solutions sont déjà présentes dans les locaux tertiaires les plus récents. Elles permettent d’automatiser ce qui était auparavant fait par les salariés eux-mêmes : les stores se baissent automatiquement le soir sur les façades est, des sondes de température déclenchent le fonctionnement des centrales d’air la nuit, etc.

Il y a aussi évidemment la climatisation dont nombre de locaux tertiaires sont équipés. Inconvénient, ce sont souvent des systèmes qui produisent de l’eau glacée et donc particulièrement énergivores. La grande nouveauté de ces dernières années dans les locaux tertiaires neufs est l’utilisation de plus en plus fréquente de techniques complètement naturelles au coût énergétique plus faible : la géothermie, les puits norvégiens, l’énergie solaire, etc. Couplées à une isolation performante, ces solutions permettent même désormais de concevoir des bâtiments à énergie positive.

contacts

SPIE

Jack Moncharmont
Tél. : +33 (0)1 48 13 48 49
e-mail : jack.moncharmont@spie.com

Agence Droit Devant

Philippe Hériard
Tél. : +33 (0)1 39 53 53 33
e-mail : heriard@droitdevant.fr